Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de lei roucas
  • Le blog de lei roucas
  • : Bidouillage, Broderie, Boutis, Costumes, Couture, Cuisine, Dentelle, Langue Provençale
  • Contact

Archives

15 décembre 2014 1 15 /12 /décembre /2014 10:00

calisson 

200 grs de melon confit,  

250 grs d'amandes en poudre,

250 grs de sucre cristallisé,

2 feuilles de pain azyme.

 

Pour le glaçage,

1 blanc d'oeuf,

125 grs de sucre glace.
 

 

Mixer le melon afin d'obtenir une purée bien lisse, verser dans un saladier puis incorporer la poudre d'amande et le sucre cristallisé. 

 

Travailler longuement à l'aide d'une cuillère en bois, jusqu'à ce que le mélange devienne une pâte épaisse et homogène.

 

Sur le plan de travail, déposer les feuilles de papier azyme (ou papier hostie) et recouvrir avec la pâte obtenue précédemment sur une épaisseur d'environ 1 cm (plus épais = trop long à sécher). 

 

Lisser la surface à l'aide d'une spatule humide.

 

Dans une jatte mélanger le sucre glace et le blanc d’œuf, fouetter jusqu'à ce que le mélange blanchisse et devienne mousseux pour obtenir le glaçage qui recouvrira la pâte de calisson d'une fine couche (lissée à l'aide d'une spatule).  

 

Laisser sécher à l'air libre pendant 45 min. 

 

Après ce temps, découper la préparation en losange de 4 à 5 cm de long.

 

Garnir la plaque du four d'un papier sulfurisé fariné et déposer les losanges.

 

Chauffer le four à 70°C, cuire les calissons pendant 4 à 6 min environ (la porte du four ouverte), jusqu'à ce qu'ils sèches, sans pour autant être colorés.  

 

A la sortie du four, laisser refroidir.

 

Les calissons peuvent être dégustés frais et se conserver également dans une boite hermétique.

 

 

"Istòri : Di cali soun" La consécration du calisson tel que nous le connaissons aujourd'hui daterait du second mariage, en 1454, du bon roi René avec l'austère Jeanne de Laval.

Un chroniqueur, Alphonse Karr raconte, que le pâtissier du roi avait voulu faire un dessert exceptionnel.  

Lorsque l'on présenta le délicieux mets à la reine (qui ne souriait jamais) cette dernière esquissant un sourire, aurait dit :"Di cali soun"("Ce sont des câlins).  

 

Partager cet article

Repost 0
Published by leiroucas - dans Cuisine : desserts
commenter cet article

commentaires