Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de lei roucas
  • Le blog de lei roucas
  • : Bidouillage, Broderie, Boutis, Costumes, Couture, Cuisine, Dentelle, Langue Provençale
  • Contact

Archives

/ / /

Henriette G

Le médecin de Cucugnan se promène souvent avec un livre à la main, Les Cucugnanais doutent de son savoir, ils n'allaient pas à sa consultation,

 

Josette O

Ero un mège que n’en sabié long, car n’avié forço après ; e pamens, dins Cuccugnan, ounte despiei dous an s’èro establi, i’avien pas fe. Que voulès ? Toujour lou rescountravon em’un libre à la man, e se disien, li Cucugnanen :

« saup rèn de rèn, noste mège : fèbre-countùnio legis. S’estùdio, es per apprendre. Sa besoun d’apprendre, es que saup pas. Se saup pas es un ignorènt ». –

 

Sylvie D

Poudien pas li leva d’aqui, e… i’avien pas fe.

Un mège sènso malaut es un calèu sènso oli. La fau pamens gagna la vidasso, e noste paure mesquin gagnavo pas l’aigue que bevié.

Ero tèms, certo, qu’aco finiguèsse.

Un jour, pèr n’en vèire la fin, lou mège fagué dire dins tout Cucugnan que sa sciènci èro tant grando, e tant pouderouso, e tant soubeirano, qu’èro capablo, noun soulamen de gari un malaut, ço qu’es un jo d’enfant, mai de ressuscita ‘n mort, ço que se pòu dire un gros miracle de Diéu !...

 

Henriette G

Un jour il dit dans le village que sa science est grande , qu'il est capable de soigner , mais aussi de ressusciter les morts, Il donne RV au cimetière

Albin

- « Eto-mai, un mort, disié, mort e enterra !...E lou ressuscitarai quand voudran en plen jour, en plen cimentèri, davans tòuti ! »….

 

Josette O

Fugué counvengu que lou dimenche venènt, à miejour sounant, Moussu lou mège, en plen cémentèri de Cucugnan, dévié ressucita ‘n mort…

 

Albin

- Mis ami, digué, vous ai proumés de ressuscita ‘n mort : tendrai paraulo. N’en lève la man. Vejan ! e silènci !...M’es pas mai dificile, segur de reveni Jaque o Jan que Nanoun o Babèu, que Glaude o Simoun… Voulès que vous ressuscite… Simoun ? Coume ié disias ? Simoun Cabanié…qu’es mort d’un marrit plévèsi, i’ aura lèu un an ?

 

Josette G

Catherine demande à ce qu 'on ne le ressuscite pas, car à la fin du mois elle se marie avec Pascal et ils ont déjà reçu des présents,

 

Henriette

- Escusas, Moussu lou mège, siou Catarino, véuso dòu paure Simoun. Ero certo un brave ome, fasié moun bonur, e lou plourarai tant que Diéu me gardara lis iue de la tèsto ! Mai lou ressuscitès pas , vesès, car, vèngue la fin dòu mes, quitarai lou dòu… que me volon marida ‘mé lou long Pacau. Dòu vuie en vue fan li crido – proumié-darrié. - Ai reçaupu li présènt.

 

Albin

- Ah ! que fasès bèn de me lou dire, Catarino !... Eh ! bèn, alor, se ressuscitave Nanoun Pèu-Rouge, qu’enterrèron lou jour de la Candelouso ?...

 

Josette G

Nanou est la femme de Jacques 10 ans de purgatoire, qu 'elle reste où elle est pour mon repos, têtue comme un âne, bagarreuse, dépense tout l 'argent et a une langue de vipére, ferait battre la Sainte vierge et son Joseph,

 

Adrien

- Gardas-vous n’en bèn, Moussu lou mège, Nanoun èro ma femo. Sian resta dès an ensèn, dès an de pugatòri, tout Cucugnan lou saup. Que Nanoun rèste ounte ei, per soun repaus e pèr lou miéu. Un pico-pebre, Moussu ! testardo coume un ase, e vanelouso, e garrouio, e chaupiasso, em’acò pièi li man traucado, em’uno lengo ! uno lengo de serp, Moussu, qu’aurié fa batre la santo Vierge emé san Jòusé ! E …se diséu tout !…

 

Henriette Chaque proposition est ainsi rejetée. Cependant le médecin poursuit :

Albin

Vesès, acò ‘s proun enfetant... Vau finalamen reviha lou Besuquet, qu’avalè sa lengo en manjant de merlusso, i’a ‘no mesado.

 

Henriette G

Louiset ne veut pas,il m 'a vendu sa vigne, son mas en viager , je ne veux pas recommencer,

-Adrien,

Vole pas, iéu, vole pas! cridè Louviset Gaugalin, li dous bras en l’èr! M’avié vendu sa vigno e soun maset à founs perdu. I’ai paga mai que sa valour, dès an à-de-rèng, - en bèus escut-blanc,- e i’a jamai manca ‘n sòu. Me faudrié tourna-mai ié paga sa pensioun? Sarié pas juste, Moussu lou mège.

 

Henriette G

Alors un qui n 'a ni soeur, ni femme, ni frère, votre bon curé, si je le ressuscitais

non non sourd comme un pot: on lui parle de figues, il répond raisins

à ce jour un jeune curé , beau galant élégant,

Albin

- Me n’en diras tant!... Eh bèn! siegue!...

N’en sabe un que mourigué, leissant ni femo ni enfant, ni fraire ni sorre, mai l’eisèmple de tòuti li vertu, e si quatro sòu a voste espitau : voste bon Curat, que tant vous amavo, que plourerias tant ! e que per l’amour de vous, fagué, vous ensouvèn ? un tant rude viage dins l’autre mounde, bouscant, paure pelegre ! pèr tout cantoun e caire, si Cucugnanen, e lis atrouvant touti, fin quo d’un - ai ! malur ! – dins l’infèr tout dubert ? Se lou ressuscitavian ?

 

Sylvie

- Ah ! nàni, nàni, Nàni ! Nàni ! Moussu lou mège !...

- Dòumaci, Dòumaci èro vièi, ah ! paure ! e sourd coume un toupin, bèn tant sourd que… quand me coufessavo, se ié parlave figo me respondié rasin. Leissas-lou dins la glòri de Diéu !... Car piéi, aven aro un Curat qu’es jouine e qu’a ‘n biais galant ; es brave coume un sòu, e canto coume uno ourgueno, predico coume un serafin, meno sa barco coume se dèu…

 

Henriette G

le médecin propose alors de ressusciter un enfant de lait

La grand mère dit : ce n 'est pas possible d 'allaiter deux enfants,

Albin

- Que vous dirai ?... Perqu’acò ‘s ansin, viren-nous d’un autre caire : tenès, vesès, aqui davans, uno pichoto crous de bos ? Dirias que l’erbo flourido e li blanc cacalausoun an vougu n’escoundre la tristo colour negro, tant de pertout li cacalausuon blanc se ié soun empega, e tant à soun entour a bèn grandi e flouri l’erbo ! Es lou cros d’un enfant de la. Avié dès mes quand mourigué : l’escritèu lou dis. Sarié pecat segur de lou ressuscita : es tant urous d’èstre mort, de pas vièure dins un mounde ounte s’ausis… ço que me disès, mis ami !... Se pamens voulès que lou revèngue, tambèn lou revendrai.

 

Josette G

- Moussu lou Dòutour, fai alor uno bravo vièio en plourant, aquéu pichot mort es nostre, ai ! las ! e siéu sa grand. Ma fiho l’avié panca desmama, e traucavo sa dènt de l’iue, quand, pecaire ! mouriguè. Ah ! s’avias vist coume èro bèu, noste nistoun !... Diéu nous l’a pres, eh ! bèn, siegue facho sa voulounta !... Vesès, aro n’avèn un autre que teto. Diéu fai bèn ço que fai, e rènd pièi d’uno man ço que nou prend de l’autro. Lou reviéudés pas, que poudrian pas n’en nourri dous, e sian trop paure pèr lou metre en bailo….

 

Henriette G

Le médecin renonce à resusciter les morts, mais sa réputation est établie:

Tout Cucugnan se fait soigner chez lui,

Albin

- N’i’a proun pèr aro, e meme trop! diguè. D’abord que voulès pas que fague vuei lou miracle, assajarai de lou faire un autre jour, noun en ressuscitant un trespassa, - car m’es veritablamen impoussible, lou vesès, - mai en aparant la vido agarrido pèr la mort.

Adessias.

 

Josette O

E s’esbignè.

Quau vous a pas di que, despièi aquéu Dimenche marcant, noste mège faguè miracle dins Cucugnan. Ressuscitè pas li mort, mai sauvè la vido à mai que d’un. Li Cucugnanen i’aguèron grand fe, - car enfin, disien, se tenguè pas sa proumesso au cementèri, es pièi pas éu, fau èstre juste, que n’en fuguè l’encauso.

Em’ acò bello finido.

Partager cette page

Repost 0
Published by